Close
Loading...

PARTENAIRE POUR VOTRE RESPONSABILITE ENVIRONNEMENTALE

Entreprises, administations ou collectivités, nous élaborons des solutions innovantes et avantageuses pour prévenir les déchets d’activités et vous aider à mettre en place ou consolider votre démarche de responsabilité environnementale.

OSEZ L’ECO-RENTABILITE !

Pour vos économies, pour votre image, pour la planète.

PREVENTION, DIAGNOSTIC, COLLABORATIONS

Nous vous donnons une longueur d’avance dans la mise en place de votre système de management environnemental.

PRESTATAIRES ET SYNDICATS DE GESTION DES DECHETS

Des outils d’analyse et de reporting pour accompagner vos interventions…

Une approche globale de la mesure et de la prévention des déchets.

NOS DOMAINES D’INTERVENTION

Diagnostics déchets

Collecte et acheminement de stocks industriels inactifs

Conseil RSE et projets Economie circulaire

Sourcing en matériaux recyclables 

Nous vous accompagnons pour une solution globale d’écologie industrielle et territoriale : valoriser les flux, créer les synergies entre acteurs, réduire votre empreinte écologique et diminuer vos frais de gestion des déchets résiduels.

editorial

LES CIRCUITS COURTS FACE AU DILEMME URBAIN

Les centres urbains sont devenus les produits d’une organisation socio-spatiale et économique complexe qui exerce une pression inédite sur nos écosystèmes. Historiquement installées sur leurs territoires pour des raisons agricoles les populations des villes n’ont cessé d’accroitre leur espace de vie au détriment des terres arables, en raison notamment d’une forte poussée démographique et industrielle qui a phagocyté ces dernières (plus de 50% de la population mondiale vit en ville tandis 2,5 milliards y sont prévus à l’horizon 2030) en nous obligeant à aller chercher notre nourriture de plus en plus loin.

Dans l’agglomération Parisienne, plusieurs études ont fait état d’une augmentation croissante de la distance moyenne d’approvisionnement, s’ajoutant à l’hyper spécialisation de la production qui en est le corollaire. Grande spécialiste des métabolismes urbains, Sabine Barles a fourni un travail de qualité sur les contradictions de la ville d’aujourd’hui à deux niveaux. Premièrement celle de la faiblesse des taux d’autosuffisance théorique (taux de couverture théorique) : en faisant une évaluation des besoins en approvisionnement d’un territoire, comparés à ce qu’il produit localement, une ville comme Toulouse est autonome à seulement 1,5% en produits agricoles et 0,2% en fruits et légumes ; Paris ne produit que 1% de sa consommation en viande, 1,5% de ses besoins en lait et moins de 10% en fruits et légumes). Ce système d’échanges externalisé qui régit notre alimentation contient deux écueils : celui d’accroitre les niveaux d’émission en CO2 (du fait des impacts liés au transport des marchandises) et de transférer les conséquences à long terme dans d’autres espaces. La plupart des bilans matière qui rendent compte des empreintes environnementales attirent  l’attention sur le fait que les flux et les effets différés sont nettement plus importants que les effets locaux.

Le citadin dépend donc de territoires très éloignés pour ses besoins au quotidien. De ce fait, l’émergence de comportements de consommation plus ou moins respectueux de l’environnement dans sa maison ou son quartier est un trompe l’œil, au vu de la réalité des exutoires divers (usines de recyclages, décharges, centres de dépollution, d’enfouissement ou d’incinération situés à plusieurs dizaines de kilomètres).

Ces éléments constituent des défis considérables pour les acteurs des projets environnementaux dans la mise en place de programmes et le déploiement d’outils efficaces pouvant concrétiser les ambitions de l’économie circulaire (ou économie de proximité). Trois solutions sont communément admises dans ce sens : Favoriser l’émergence de circuits courts (compris dans le sens de zéro ou un seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur), accroitre le niveau de production locale et s’appuyer davantage sur la consommation de produits d’origine bio.

 Plusieurs outils méthodologiques innovants méritent dans ce sens une plus grande utilisation du fait de leur opérationnalité dans l’implémentation des systèmes de production de proximité. L’Analyse du Cycle de Vie (ACV) conçue comme une une approche globale de quantification qui prend en compte les impacts environnementaux d’un produit sur plusieurs niveaux : les matières premières, la fabrication, la distribution, l’utilisation et la valorisation. Elle permet de bien appréhender le périmètre d’impact et de mieux examiner les externalités découlant du choix d’une filière d’approvisionnement ou d’un produit.

L’approche par SAT (Systèmes Alimentaires Territorialisés) permet quant à elle d’étudier la sensibilité du milieu du point de vue de ses besoins, de ses contraintes et de ses caractéristiques ; en considérant la spécificité de chaque territoire, elle insiste sur le caractère contextuel de chaque projet et la nécessité de considérer les diverses interactions sociales, les enjeux politiques et économiques. Il implique une logique de solidarité territoriale qui voit l’alimentation autrement que comme une variable d’ajustement commerciale.  

La grande multitude des flux (entrants comme sortants) sur les territoires implique enfin une bonne connaissance des acteurs du métabolisme urbain. La logique de marché, la spécialisation à outrance et le développement des voies de communication les rendent difficilement accessibles à un inventaire adéquat pour les experts de l’économie circulaire. Obtenir des informations et des indicateurs exhaustifs pour pallier à cet éparpillement est par conséquent le défi statistique de taille pour soutenir les initiatives locales de consommation responsable.  

RESEAU DE PARTENAIRES